Identification des nids

Essaims d'abeilles domestiques

Quand la ruche devient trop peuplée, une grande partie de la population décide de partir, accompagnée de leur reine, à la recherche d'une nouvelle demeure. Ces milliers d'abeilles se posent, en formant une boule compacte (essaim), généralement sur une branche d'arbre. Elles y resteront entre 1 et 4 jours avant de redécoller en direction d'un logement adapté.

Dans l'ancienne colonie, les abeilles restantes ont anticipé ce départ en élevant une nouvelle reine qui naîtra dans quelques jours. L'essaimage est donc le moyen naturel de reproduction des abeilles.

 

En risquant de ne pouvoir récupérer ses abeilles et de voir la récolte de miel prétéritée, l'apiculteur combat l'essaimage par divers moyens (division des ruches, création d'essaim artificiel, changement des reines tous les 2 à 3 ans, augmentation du volume de la ruche, ...).

Mais parfois la nature est la plus forte et si un essaim se pose dans votre jardin, ne paniquez pas et ne le détruisez pas! Gorgées de miel, les abeilles sont alors peu agressives. Faîtes appel à un apiculteur de votre région qui sera certainement heureux de venir le récupérer et le placer dans une ruche.

Sous nos latitudes, la saison de l'essaimage s'étale, en principe, de fin avril à fin juin.

Abeilles sauvages

La suisse compte plus de 600 espèces d’abeilles, l’abeilles mellifères élevée en ruche représente qu’une seule espèce. Elle est la plus connue et surtout la plus médiatisée.

Les autres abeilles, les sauvages sont bien souvent solitaires sauf dans le cas des bourdons qui vivent en colonie.

Le 20 % de ces abeilles nichent dans des trous (dans des bambous, dans des trous préexistants ou qu’elles creusent elles-mêmes), le 80% restant niche dans le sol. Il leur faut des terrains meubles non entretenu afin qu’elles puissent s’épanouir. Les abeilles sauvages sont bien souvent meilleures pollinisatrices que les abeilles domestiques et elles méritent d’être protégées.

Il arrive souvent que des personnes trouvent des abeilles nichant dans leur jardin, leur balcon, vers leurs fenêtres ou leurs stores, si elles ne vont dérangent pas, il faut leur laisser vivre leur vie. Bien souvent ce sont des espèces qui vivent quelques semaines et elles ne seront plus en activité jusqu’à l’année d’après.

Il est important aussi de savoir que ce sont des insectes pacifiques et qu’ils ne vont pas attaquer délibérément. Les risques de piqures sont donc très faibles.

Pour aller plus loin sur les abeilles sauvages: Urbanwildbees

La grande Xylocope ou abeille charpentière

Logo Société romande d'apiculture - Nyons
Société romande d'apiculture
Section de Nyon

© 2021 Société romande d'apiculture